Menu

  Le gîte
 HISTORIQUE DE LA MAISON

La maison fut achevée en 1905, avec pour destination initiale d'être un hôtel-restaurant (il y a 16 chambres). A cette époque il y avait une forte activité économique et agricole (population importante, nombreux commerces, foires, arrivée d'ouvriers pour la construction de la ligne de chemin de fer Albi-Saint Affrique).

Reprise en cours de construction par la famille Galzin, son destin fut tout autre. De cette époque aux années 80, cinq à six familles y vécurent ensemble, comprenant en pointe jusqu'à trente personnes. La maison fut partagée en appartements imbriqués les uns dans les autres, avec souvent un confort très précaire.

Pendant cette période quatre commerces y prospérèrent de concert :
Un tailleur et ensuite des couturières (salon et salle de bain du gîte).
Une épicerie (séjour et chambre du gîte).
Un café (notre séjour)
Un forgeron (sur l'arrière de la maison)
En même temps la maison juste en face abritait : un café (aussi), un tabac et la caisse d'épargne. Ce n'était pas, loin de là, les seuls commerces du village.
Imaginez l'activité et la population d'alors.

Electrification en 1912, relativement tôt grâce à une production locale d'électricité (barrages sur le Tarn).

Arrivée de l'eau courante et de l'assainissement en 1954. Jusque là l'alimentation en eau provenait de trois pompes à bras plongeant dans des puits : une au rez-de-chaussée, une en sous-sol et une dans le jardin. Il fallait donc charrier l'eau dans les étages. Certains logements n'ont jamais eu d'eau courantes.

Au niveau chauffage : cheminées et poële à bois, chaque piéce (22 en tout) possédant une cheminée ou une ouverture sur un conduit. Huit cheminées sortaient du toit. A partir des années 60, installation d'un embryon de chauffage central au fuel ne concernant au départ que trois piéces.

Avec le déclin démographique du village comme de toute la ruralité, la maison se vide petit à petit et n'y subsiste que le couple des propriétaires qui continuent à exploiter l'épicerie qui a été transplantée dans l'ancienne salle de café, plus grande et ce jusqu'en 1998. Et puis la maison se ferme et reste cinq ans inhabitée.

En 2003 nous la reprenons pour la faire revivre, créer notre logement, ouvrir un gîte rural et plus tard des chambres d'hôtes.

Explication sur le lieu-dit « La Planque »

La Planque veut dire : la planche, c'est à dire à cet endroit une passerelle qui enjambait le Dourdou et reliait les deux rives. La Planque est donc toute la partie du village, rive droite, jusqu'au pont.

Retour
 

Conception et réalisation Franck Liénard
mars 2006